The very moment

27 juillet 2011 à 21:28

Quand on relit ses premières impressions sur le pilote en souriant.
Quand on part au boulot en se disant qu’on aurait bien regardé un épisode avant de sortir.
Quand on rentre du boulot en se disant qu’on va se regarder un épisode en rentrant.
Quand on n’arrive pas à ne regarder qu’un épisode en rentrant.
Quand on écrase discrètement une larme émue devant le générique parce que bon Dieu, il est bon ce générique.
Quand on se surprend à parler anglais au téléphone au boulot à un jeune homme, et à l’appeler « son« .
Quand on se rappelle à quel point on aime l’accent du sud des États-Unis.
Quand on se rappelle qu’on avait un crush pour Kyle Chandler quand on était jeune. Jadis. Il y a longtemps, bien longtemps.
Quand on n’a jamais autant regardé de sport à la télévision auparavant. Volontairement.
Quand on slalome parmi les posts de La Sorcière parce qu’on ne veut pas se faire spoiler mais qu’on est content d’avoir quelqu’un qui regarde à peu près en même temps.

C’est à des petits détails sans importance qu’on comprend qu’on a fini par accrocher à une série, même si pour cela il a fallu 5 épisodes. Mais ce n’est rien, ça. N’importe qui peut se retrouver aspiré par une série pourvu de la regarder avec suffisamment d’insistance, comme moi qui ai tenté pas moins de 3 fois le pilote de la série, depuis sa diffusion, avant de finir par accepter de voir la suite.
Mais il n’y a qu’un signe qui annonce qu’on a eu un coup de coeur. C’est un instant, très bref, et on pourrait presque passer à côté si on n’y prenait pas garde. C’est l’instant exact où l’ont sait que, ça y est, on est conquis.

…Quand on sent l’estomac se nouer devant un fondu au noir et que la scène suivante nous fait réaliser qu’on a eu peur que l’épisode s’arrête.

par

,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

1 commentaire

  1. Mila dit :

    Quel joli texte ♥
    Il y a plusieurs semaines djéà que j’ai commencé FNL, et je voulais voir ce que tu en pensais. Je suis contente de voir que malgré tes réticences sur l’épisode 1, tu as fini par accrocher et dévorer la suite. J’ai aussi eu du mal dans l’épisode 1, je dois dire. Même le 2 en fait. Cela a commencé à prendre petit à petit, et je ne saurais pas dire exactement quand j’ai vraiment senti que c’était bon (contrairement à toi^^). Mais pour ma part, je n’ai pas enchaîné. Cette série me rend profondément triste, en fait. Ce serait moins bon que ça me rendrait moins triste, mais du coup ce serait moins bon, donc j’imagine que c’est positif (= meilleure phrase de toute ma vie). En attendant ça me pèse sur le coeur, et j’ai pas avancé depuis un petit temps.
    Mais j’étais curieuse de voir ce que tu en disais, et je suis contente, parce que j’avais sauté (ou oublié ?) cet article (et pourtant je te lisais déjà à l’époque), et que cette description du « Quand on sent l’estomac se nouer devant un fondu au noir et que la scène suivante nous fait réaliser qu’on a eu peur que l’épisode s’arrête. »… c’est un sentiment que je reconnais et tu l’exprimes joliment 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.