Le prix à payer

14 septembre 2012 à 22:07

Combien de fois par jour entendons-nous au moins une personne, qu’il s’agisse de l’un de nos contacts dans la communauté téléphagique ou de télambdas, décréter que « c’est toujours la même chose », que « l’originalité est morte », que « tout n’est plus que remakes et adaptations »…? Combien de fois, sincèrement ? Et on est d’accord ou pas avec ce type de constat, il n’empêche que nous avons tous, ne serait-ce qu’une fois, par fatigue, découragement ou tout simplement parce que nous étions dans une période creuse pendant laquelle nous n’avions pas forcément été attentifs à ce qui se passe dans le monde de la télévision, dit quelque chose dans ce genre.

Fort heureusement, j’ai une super nouvelle : ce sont rien que des conneries. Des séries originales, novatrices et intrigantes, il y en a des tonnes. J’espère parfois vous en faire découvrir une ou deux, à l’occasion d’un de mes posts quotidiens ou d’un autre. Aujourd’hui est, je le crois, l’un de ces jours. Pour tout vous dire, je ne m’étais plus autant amusée devant une série depuis…!!!
Depuis… bon, 4 jours, devant Srugim. Mais pas de la même façon, pas du tout.
En tous cas, aujourd’hui, je m’apprête à vous parler d’une série canadienne que je ne connaissais pas du tout il y a encore 24h, intitulée The Booth at the End.

Imaginez un diner. Le plus classique possible, avec les banquettes alignées, le jukebox qui murmure dans un coin, la serveuse qui passe de table en table pour resservir du café, la totale, quoi.
A la banquette du fond est assis un homme, l’air austère, et pas très bavard. Les gens qui entrent dans le diner viennent souvent à lui, s’installent à sa table, échangent quelques mots, parfois commandent un plat ou une boisson, puis partent. Quel est donc cet homme et que veulent ces gens ?

C’est justement ça, le propos de The Booth at the End : ce que veulent les gens. Ils ont en effet entendu que…? Et ils viennent confesser à l’homme ce qu’ils veulent en espérant qu’il exauce leur voeu. Mais les choses ne sont pas si simples : lorsqu’on veut quelque chose, il faut faire quelque chose pour l’obtenir. Chaque fois qu’une personne lui dit ce qu’elle souhaite dans la vie, ce dont elle a besoin, il leur confie une mission à accomplir. Ce n’est qu’à la condition que cette tâche soit menée à bien, et qu’il sache tous les détails de la préparation, que le voeu sera réalisé.
Mais l’homme étrange, qui n’a pas de nom, n’est pas un faiseur de miracles. C’est dans son mystérieux carnet (qu’il ouvre au hasard) qu’il trouve les missions à confier. Ce n’est pas lui qui décide. En fait il ne décide de rien. Il est juste leur interlocuteur, l’homme de main, en quelque sorte, de cet étrange carnet où il couche également noir sur blanc ce que lui disent ses visiteurs.

The Booth at the End est, vous l’aurez compris, une étrange série hors-norme. Déjà de par son format : les épisodes durent une demi-heure, mais sont en réalité constitués de petites vignettes qui durent environ deux à trois minutes ; chacune de ces vignettes suit une entrevue avec un personnage. Les personnages sont récurrents : ils peuvent passer plusieurs fois dans un même épisode, ou ne pas être vus pendant quelques épisodes d’affilée. Ainsi, en dépit du fait que son concept soit idéal pour une série d’anthologie, The Booth at the End est une série complètement feuilletonnante : non seulement il faut impérativement regarder les vignettes, et donc les épisodes, dans l’ordre chronologique, mais impossible de suivre un seul personnage (en cela, The Booth at the End diffère d’une série qui aurait pu être similaire, In Treatment).
Grâce à cette structure très efficace, The Booth at the End propose une incroyable dynamique qui fonctionne parfaitement, et se montre incroyablement envoûtante, alors qu’en réalité, la série se passe intégralement dans le diner.
Concept idéal pour une websérie, The Booth at the End est pourtant une série qui a été diffusée à la télévision canadienne (sur Citytv) ainsi que sur plusieurs chaînes FOX internationales (notamment en Israël, en fait c’est même en lisant une news sur sa diffusion dans ce pays que j’ai découvert son existence, oh douce ironie du sort), dont apparemment en France mais je n’ai pas trouvé les détails ; elle a également été mise à disposition, aux USA, par Hulu. En dépit de son découpage en épisodes d’une demi-heure, elle serait pourtant parfaitement acceptable sous la forme d’une diffusion découpée par vignettes, si jamais une chaîne se disait que short ne voulait pas nécessairement dire com.

Mais au-delà de sa forme, la série brille aussi, et surtout, par son contenu. Ecrite comme un thriller fantastique, The Booth at the End n’est pas sans rappeler les séries fantastiques à concept nippones, telles que The Quiz Show ou FACE MAKER, qu’on a déjà évoqué dans cette colonne (n’hésitez pas à cliquer sur les tags au bas de ce post, ça les châtouille mais ils aiment ça). Il y est avant tout question d’utiliser les outils fantastiques comme des leviers pour lever le voile sur la conscience humaine. Ainsi, se révélant incroyablement dense, profonde et captivante, The Booth at the End est aussi un incroyable thriller, une série dramatique émouvante, et une série sur l’horreur humaine dans toute sa splendeur.

Les personnages qui viennent voir l’homme mystérieux débarquent en effet pour une seule raison : on leur a dit qu’ils obtiendraient ainsi ce qu’ils souhaitent. Inutile de préciser que quand ils arrivent, ils ne comprennent pas tout de suite les règles du jeu. Par exemple, ce n’est pas l’homme qui « fait » que leur souhait se réalise : il est juste l’arbitre, en quelque sorte ; ils doivent venir à lui pour connaitre la chose à accomplir, pour reporter régulièrement sur l’avancement de leur mission, mais il n’intervient pas de quelque façon que ce soit en-dehors de ces règles. Cela occasionne énormément de frustration de la part des visiteurs de notre homme, qui pensent qu’ils peuvent négocier avec lui, voire même le forcer à arrêter le cours des choses. Ce à quoi il s’entêtera à leur répéter que ce sont eux qui remplissent la mission et font que le voeu se réalise ; s’ils veulent tout arrêter parce qu’ils ne s’en sentent pas capables, ils n’ont qu’à le faire… par contre ça signifie qu’ils n’auront pas ce qu’ils veulent. Evidemment, ce n’est pas facile à entendre pour ses interlocuteurs qui espéraient trouver en lui une solution.
Les cas qui lui sont présentés sont très variés au cours de ces deux saisons (la seconde date à peine du mois dernier). Une vieille femme veut que son mari soit guéri de son Alzheimer, un célibataire veut que la belle blonde en page centrale tombe amoureuse de lui, une jeune fille veut résoudre les problèmes d’argent de son père… La mission que le carnet trouve pour eux semble n’avoir aucun lien avec leur désir initial : la jeune fille doit aider quelqu’un qui est enfermé depuis de nombreuses années à sortir de chez lui, le célibataire doit protéger une petite fille pendant de longues semaines, la vieille dame doit faire exploser une bombe dans un lieu public.
Eh oui, pas de trip type Anges du Bonheur, les missions ne sont pas toujours faciles, et encore moins positives. Plutôt le contraire, en fait.

Car The Booth at the End se fait au contraire forte d’étudier les cas de conscience que cela soulève chez les différents visiteurs de la banquette. Les conversations avec notre homme sont toujours extrêmement profondes, intelligentes, et surtout d’un inconfort aigu, déplaisant. Ce père qui doit tuer une petite fille pour que son fils soit sauvé de sa leucémie trouvera-t-il la force de tuer la gamine de 4 ans qu’il a trouvée comme cible « parfaite » ? La bonne soeur qui a cessé d’entendre Dieu (on parle décidément beaucoup de lui sur ce blog ces derniers temps !) acceptera-t-elle de tomber enceinte afin de communier de nouveau avec Lui ?
Mais plus que l’idée, un peu karmique, qu’il faut donner pour recevoir, The Booth at the End fait aussi un épatant travail en liant certaines intrigues les unes aux autres. Pas toutes, heureusement, sans quoi cela pourrait paraître excessivement tordu. Mais suffisamment pour qu’on regarde parfois l’homme étrange avec effroi : puisqu’il sait que ces deux personnes vont se croiser, comment peut-il réussir à garder son calme ?
Il y a, toutefois, une certaine poésie dans la façon dont la série s’aventure sur le terrain des causes, des conséquences, et des réactions en chaîne, et dans la façon dont les épisodes lient, progressivement, certains Destins les uns aux autres. De ce côté-là il est absolument impossible de ne pas se laisser surprendre plusieurs fois.

La question de la responsabilité, mais aussi de l’identité, sont centrales dans une série comme celle-là. Les personnages se demanderont ainsi, à plusieurs reprises : qui suis-je pour faire ça ? Ou, plus terrifiant… qui suis-je pour ne pas le faire ?
Evidemment c’est aussi la question de la responsabilité de notre homme flegmatique qui se pose. D’abord parce qu’il est toujours un peu choquant de voir le visage de cet homme rester neutre en dépit des horreurs qui lui sont dites. Et puis parce que, avare de ses mots, il ne cherche jamais à laisser perdurer le trouble : il est prêt en permanence à clarifier les règles du jeu (« I don’t like the rules », lui dira l’un de ses interlocuteurs… « Then don’t play the game », lâchera l’homme comme une évidence innocente), à rappeler à chacun que tout peut être arrêté à tout moment, et qu’ils ont l’entier choix du moyen pour arriver à leurs fins. Et la différence est d’importance, car l’énoncé de leur mission est souvent bref, limite sybillin, et c’est leur propre interprétation qui sera parfois la cause des tourments des personnages. Mais ces tourments seront aussi l’occasion pour nous de plonger dans les ténèbres de l’âme humaine, et la série ne rate absolument aucune de ces plongées terrifiantes.
L’homme assis sur cette banquette est-il le Diable qui offre un pacte ? Une sorte d’intermédiaire avec Dieu ? Ou quelque chose d’autre… L’un des suppliciés lui lancera un acide « you’re a monster », auquel il répondra placidement : « you might say I feed monsters ». Ce qui est sans doute le plus glacial qu’on pouvait imaginer. Et dans le fond, voulons-nous vraiment percer son mystère ? Au fur et à mesure que la série avance, un autre face à face se profile, et il n’est pas non plus très joyeux…

Avec ses dialogues fins, intelligents et jamais dans la surenchère de mystère, ses personnages pléthoriques à la psyché complexe mais toujours captivante, et son personnage central qui, progressivement, prend de l’épaisseur en dépit de son mystère, The Booth at the End est une superbe expérience de fiction, qui se double, de surcroît, d’une intéressante initiative online. Ainsi, sur le site officiel de la série, vous avez accès à une intrigue totalement inédite, sous forme de jeu, pourvu de tenter, vous aussi, d’obtenir ce que vous voulez en échange d’une mission à remplir…

Alors ? A quel point voulez-vous ce que vous voulez ?

par

, , , , , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

7 commentaires

  1. amdsrs dit :

    Tu m’as trop donné envie de regarder cette série! J’espère la trouver sans trop de problèmes.

    Merci my lady!

  2. ladyteruki dit :

    Ne t’en fais pas, je n’ai eu aucun mal en allant pêcher dans la baie. (faut trouver des métaphores plus subtiles, mais ce sera l’oeuvre d’un autre jour)

    Tu ne le regretteras pas, en tous cas. J’étais vissée à mon siège de bout en bout. En espérant que tu viendras m’en reparler quand tu l’auras testée/vue !

  3. Arakasi dit :

    Oh !

    Je dirais même plus, Oh ! Tu m’as définitivement donné envie d’essayer cette série. Définitivement.

    Faut que je le trouve.

    Merci pour ce bel article !

  4. DarkVegas57 dit :

    Saison 2?

    J’ai dévoré la saison 1 mais ne parviens pas à trouver la saison 2… Quel dommage

  5. ladyteruki dit :

    La saison 2 est, comme la première, dispo en torrent dans la baie.

  6. DarkVegas57 dit :

    Merci Des nouvelles d’une saison 3 ?

  7. ladyteruki dit :

    Rien d’officiel mais la société de production n’a pas l’air d’exclure cette possibilité : « The The Booth At The End is over for this season ». https://www.facebook.com/Vuguru/posts/355149984573432

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.