Moi, je choisis

19 octobre 2004 à 0:41

De quoi au juste suis-je la plus fière au monde ?

De ne pas me considérer comme une victime. De choisir. Et surtout, de choisir qui je suis.

Dans cette sale affaire avec Lord T, je suis on ne peut plus fière de pouvoir regarder en moi-même sans honte, sans rougir, sans détourner les yeux, de me fxer droit dans l’âme et de dire « je ne déteste pas la personne que je suis ». Au contraire : j’aurais tendance à m’impressionner. Je développe dans cette épreuve, comme dans celles qui l’ont précédée, des qualités humaines dont je ne peux que me vanter auprès de mon ours en peluche.

Je suis d’une patience incroyable. D’une ténacité incroyable. D’une combativité incroyable. D’une foi, enfin, inaltérable. J’ai profondément foi en ce que je peux accomplir (je ne peux malheureusement pas avoir la même foi dans le comportement des autres ni dans le cours de la vie), ce que je peux choisir.

Présentement, je choisis. De ne pas perdre la partie. De ne pas baisser les bras (ou pas trop longtemps car soyons honnête : dans l’état de dépression dans lequel je suis, il y a forcément des phases d’abandon). De ne pas mal me comporter. Je choisis de ne pas faire de concession sur l’important au nom du vital.

Je choisis et c’est ma plus grande fierté. Certes, il y a quelques années, je n’aurais pas trouvé cela éminemment glorieux, mais voilà : je ne savais pas à l’époque le nombre de gens qui se laissent vivre sans jamais rien choisir pour ensuite avoir des regrets et se détester. Je n’avais à vrai dire même pas réalisé que mon père était de ceux-là. Que le second homme le plus important de ma vie, Lord T, en était aussi. Qu’à vrai dire une écrasante majorité des jeunes de mon âge vivaient dans ce marasme émotionnel. Et aujourd’hui je me regarde intérieurement avec fierté et je me dis : « même au pire de mes jours, je n’ai pas succombé à la tentation – ô combien grande – d’être lâche et de fuir mes responsabilités. J’ai choisi, certes, des voies difficiles (lutter quotidiennement auprès de Lord T pour que nos relations restent cordiales est un sacré choix de vie, et pas des plus faciles), mais je sais que ce n’est qu’en empruntant celles-là dans les différents domaines de ma vie que je vais réussir à avoir une certaine estime pour moi-même. Pas le temps que durera le combat, certes pas, mais ensuite, quand j’aurais arraché à la vie mes petits bouts de victoire.

Oui, moi, je choisis, et pas la solution de facilité, c’est sûr, mais au moins je reste fidèle à moi-même de bout en bout.

par

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *