Premier semestre concluant

17 juillet 2007 à 20:09

Je me dois de le confesser, j’ai toujours regretté de ne pas être allée dans une fac américaine. Maintenant je suis vieille et c’est trop tard, et puis surtout j’ai pas pensé à économiser lorsque j’ai eu 4 ans (c’était de l’inconscience et je m’en rends compte à présent), mais ce regret est là, tenace, et j’aurai toujours un pincement au coeur en pensant que j’ai loupé cette expérience en apparence unique.
Pour enfoncer le clou, j’ai regardé l’autre jour le pilote de GREEK, histoire de vraiment me faire du mal. Voilà les trois choses que j’ai retenues de ce pilote, youpi chouette, c’est un article de la catégorie La preuve par trois !!!


Je m’attendais à un humour gras et sans nuance, et des intrigues hautement banales (après tout on parle d’ados, c’est rare que qui s’y frotte ne s’y pique pas). J’ai été surprise, dés les premières scènes, par l’étonnante subtilité de certains dialogues, et des gags comme je les aime, c’est-à-dire en demi-teinte. Cette scène en est un parfait exemple…


Rusty a l’air d’un pauvre geek, il est chétif et pas très avenant à première vue, mais ce qui est particulièrement bon dans ce pilote, c’est qu’il y a plus que ce qu’on peut voir de prime abord. Ainsi le personnage est bien plus nuancé que je ne m’y attendais (comme, dans une moindre mesure, sa frangine Casey), et ce sont là encore de petites subtilités qui nous amènent à le comprendre, comme la réaction de l’ex de Casey dans la scène de la beuverie (qui, je tiens à le préciser, est précédée d’une excellente scène de recrutement de newbie). Au mec qui agresse Rusty parce qu’il a craché sa tequila sur sa copine, Rusty lui rétorque vertement que ce n’était pas mieux de laisser des mecs lécher du sel sur son ventre… ce qui, tout de suite, donne une autre dimension au bonhomme – la première d’une longue liste. Car Rusty n’est pas un gamin coincé et incapable de socialiser, il est même à l’aise lorsqu’il s’agit de rentrer dans le lard de l’armoire à glace qui sort avec sa soeur un peu plus tard. Bref tout un tas de petites séquences qui font qu’on affectionne très vite ce drôle de gaillard !


Pendant que Casey tente de sortir discrètement de la chambre de son ex où elle a passé une nuit qu’elle n’aurait pas dû (on imagine comme son secret va être bien gardé avec ce public), Calvin, lui, a eu la possibilité de connaître une autre façon de sortir de la fraternité au petit matin et donc d’éviter l’humiliation publique (d’autant qu’il y a là le prélude d’une intrigue intéressante sur le statut de l’homosexualité dans la communauté estudiantine) ! C’est un peu salaud de la part de Cappie de ne rien avoir dit à Casey mais d’un autre côté, il faut bien admettre que ce gars dégage un tel potentiel sympathie qu’on a du mal à vraiment lui en vouloir (en plus, on a vite fait de développer des tendance au shipping entre ces deux-là). Bon, outre les coucheries (c’était inévitable, hélas) de Casey, il est intéressant de voir comment les relations et les hierarchies se nouent entre garçons et filles, entre fraternités ennemies, entre anciens et nouveaux… Toute cette mécanique est bien huilée : elle a ses règles, elle a ses coutumes. Comme le souligne Rusty, d’ailleurs, c’est une tradition vieille de deux siècles, ça force le respect !!!

Bref vous l’avez compris, je suis de bonne humeur même près de 48h après avoir vu le pilote de GREEK (certes mon hilarité s’est vue prolongée par la vision de Painkiller Jane ensuite, mais cela fera l’objet d’un post à part !), je ne dis pas que c’est la série de l’année mais elle mérite de l’attention, et la mienne sera soutenue !

par

, , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

3 commentaires

  1. Heather dit :

    Le problème de ce pilote, ce n’est pas la qualité en elle-même. Le résultat est tout à fait correct et honnête. Mais le bémol, c’est le manque d’originalité.
    Je n’ai décelé aucune valeur ajoutée au concept de base dans ce premier épisode. Le cahier des charges est rempli, mais il n’y a rien en « plus », une touche personnelle qui m’aurait convaincu de m’y intéresser sur le long terme.

    Donc à moins que tu n’en dises encore du bien dans quelques épisodes, cela ne m’a pas donné envie de suivre.

  2. Nakayomi dit :

    Bah toujours pas convaincu non plus, mais c’est plus en raison de mes problèmes avec les facs américaines justement et leur fonctionnement en fraternités qui ont le don de plomber beaucoup d’intrigues que je peux croiser (dernière en date, Veronica Mars je crois). Je jetterai peut-être un oeil au pilote, histoire de voir la pointe homosexeulle émergente, mais je pense que ce sera tout… >_

  3. lily dit :

    j’adore cette série c’est trop marrant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.