Par un prompt renfort

20 novembre 2011 à 9:00

Aujourd’hui je mêle l’utile à l’utile puisque je poursuis sur ma semaine spéciale comédies, rapport au fait que j’ai bouffé de la comédie matin midi et soir pour préparer le dernier SeriesLive Show en date, et que je vous parle aussi d’une comédie du câble sud-coréen.
Pourquoi le câble sud-coréen ?
Parce que, mes amis, après de longs mois d’absence, la rubrique Séries du Monde accueille un tout nouvel article aujourd’hui :

Ce n’est pas de la télévision coréenne… c’est le câble !

Vu que j’étais un peu hors du coup en matière de séries coréennes (ça s’est vu d’ailleurs), me limitant à suivre les audiences depuis cet été parce que j’essaye de donner un coup de main pour les séries US et que du coup on peut pas être au four et au moulin, ça a été un vrai plaisir de me replonger dans les coulisses de la télévision sud-coréenne, surtout alors qu’elle va aborder de grands changements dans les prochaines semaines. C’est le genre de révolution qu’il est rare de pouvoir observer en direct tant de nombreux pays sont dans une situation de statu quo actuellement, les chaînes s’ajoutant et disparaissant des grilles sans que cela ne fasse de vagues.

Pour l’occasion, je vais donc vous infliger une mini-review de Kkotminam Ramyeongage, et si je peux promettre qu’elle sera courte (surtout venant de moi…), c’est pour une bonne raison : j’ai détesté.
En même temps, c’est normal, c’est une comédie romantique. Hélas tvN, la chaîne câblée qui en est à l’origine, a tout compris des mécanismes des séries des networks, et on en retrouve tous les travers horripilants, en particulier les acteurs qui surjouent (faudra que je m’essaye à une romance moins humoristique, pour voir si ça me réconcilie). Les chassés-croisés ne m’intéressent pas parce que j’ai toujours l’impression de savoir comment ça finit, même si de toute évidence je ne le sais pas.
J’avais cru comprendre cependant que l’humour de Kkotminam Ramyeongage était, sinon outrancier, au moins très accentué. Mais j’aurais préféré de l’humour drôle, à choisir. Les situations sont vues et revues, c’en est pénible.

Alors en conclusion (oui c’est déjà la conclusion, je crois que vous avez saisi l’idée directrice de toute façon), je dirais que la bonne nouvelle, c’est que le câble est capable du pire comme du meilleur, il ne faut pas en attendre un miracle. Mais qu’il y a toujours eu un public en Corée pour des séries du genre de Kkotminam Ramyeongage et que, ça explique ses audiences d’une part, et d’autre part, c’est un bon présage pour la suite des évènements. Ces derniers temps, vu mon humeur vis-à-vis de la majorité des séries coréennes (pas toutes, faut que je me pose pour vous reparler de White Christmas d’ailleurs), j’ai presque envie de dire que si la série ne m’a pas plu, alors ce sera une réussite dans son pays natal, mais déjà là je sens bien que je commence à être mauvaise langue.
Et surtout ce qui me met en joie, c’est qu’on va visiblement avoir énormément de choix à travers les chaînes qui apparaissent en cette fin d’année, qu’elles se prennent pour un network ou bien qu’elles cultivent leur particularité. Peut-être que les comédies de MBN vont me plaire. Ou les programmes de Channel A ou E Channel. Ou que je vais rester fidèle à tvN et OCN. On verra. Mais ce qui est génial, c’est qu’on va vraiment avoir une opportunité géniale de voir tout cela évoluer sous nos yeux.

Cet article est d’ailleurs aussi une bonne résolution : je me remets à suivre l’actu sud-coréenne de plus près. Ce serait trop bête de laisser passer cette opportunité d’observer toutes ces mutations.

par

, , , ,

Pin It

3 commentaires

  1. Eclair dit :

    Merci pour ce superbe article en tous cas.

    Pour ma part je suis très excité par l’apparition de toutes ces séries du câble. Elles vont apporter un vent frais sur un univers qui a certes évolué en 5 ans, mais qui reste encore trop près de la formule.

    J’ai pas encore vu Flower Boy Ramyun shop, j’en ai entendu beaucoup de bien, donc j’ai hâte. De ce que j’ai compris ce n’est certes pas original mais ça a l’air parfaitement calibré et ça me convient parfaitement. J’ai juste peur que ce soit un peu trop « girly ».

    Quelques précisions cependant à propos de l’article sur Serieslive :
    – Someday n’a pas de partie animée, il s’agit d’un dessin de la dernière scène figée de chaque épisode. En revanche l’héroïne interprétée par Bae Doo Na (une de mes actrices préférées) est une dessinatrice de mangas, particulièrement douée pour exprimer ses émotions via son don mais véritable extra-terrestre en matières de relations humaines.

    – « un simple baiser entre deux acteurs est plutôt l’exception que la norme même dans une série romantique ». Ça c’est plutôt les séries japonaises pour ados. Le baiser fait partie de la recette même de la comédie romantique coréenne (excepté certains films, comme ceux de Jun Ji Hyun: My Sassy girl par exemple). La façon dont il est donné, à quel moment, tout cela est scruté de manière très attentive par une horde de fans. Ce sont plutôt les relations sexuelles qui sont quasiment absentes chez les networks traditionnels. Au mieux elles sont suggérées (Coffee Prince, City Hall) ou tournées en dérision (Coffee House). La nudité et le sexe cependant, grâce au câble commence à apparaître (Kiler K).

  2. ladyteruki dit :

    Merci (pour le remerciement )

    Je conteste quand même ton deuxième point justement parce que le baiser est considéré comme un acte exceptionnel dans les séries ; on guette son apparition pendant plusieurs épisodes (ou on en joue comme dans le pilote de Kkotminam Ramyeongage, tu verras), mais on est loin d’une utilisation « normale » du baiser. Un couple déjà ensemble/marié ne s’embrassera pas à la télévision coréenne (et on est d’accord que c’est aussi très culturel… ce qui est justement ce que je dis dans l’article), par exemple, parce que le baiser, c’est le symbole que deux personnages ont pris conscience de leurs sentiments, mais ce n’est pas la preuve d’affection que des personnages vont avoir régulièrement. Et si cela fait tant gloser les communautés de trouver un liplock, c’est parce que c’est bien l’exception et non la norme : si on annonce une comédie romantique en Occident (parlons plutôt de films parce que voilà), c’est l’évidence-même qu’ils vont s’embrasser, ça n’a pas besoin d’être mentionné et ça n’excite personne. Quand toi ou moi avons une relation amoureuse, le baiser va sans dire (surtout pour toi maintenant que tu es un honnête homme ). En Corée, c’est un acte symbolique et exceptionnel, pas la norme.

  3. Eclair dit :

    J’ai compris ce que tu veux dire et nous sommes globalement d’accord. C’est juste qu’on ne s’entend pas sur la définition d’exceptionnel.

    Exceptionnel par rapport à quoi ?

    Bien sûr qu’on ne passe pas son temps à s’embrasser dans une comédie romantique coréenne (et d’ailleurs tant mieux, c’est un débat que je veux pas commencer ici mais quand je vois les derniers pseudo-films romantiques américains qui sont en fait des comédies sur le sexe, j’ai envie de pleurer). Mais le baiser est présent dans quasiment toutes les séries, et c’est en ce sens que je veux dire qu’il n’est pas exceptionnel.

    De plus la société coréenne évolue. Il est loin le temps où un baiser signifiait beaucoup de choses intangibles et la quasi-obligation du mariage. Dans Coffee Prince, par exemple, il y a de nombreuses scènes de baisers après le tout premier qui a servi de démonstration des sentiments ou celui qui a officialisé le couple. Et en ce sens le couple parait aussi occidentalisé (si tel était le terme) que nous.

    De même Can’t Lose nous montre un couple marié qui s’embrasse, se dispute et tente même de faire l’amour (évidemment ça rate !).

    Et parce que j’ai sans doute l’esprit de contradiction (pardonne moi tu vois je ne suis pas un honnête homme ^^), il existe des films romantiques américains où la question du baiser est complètement accessoire, voire même hors sujet (Sleepless in Seattle par exemple où les deux protagonistes ne se retrouvent qu’à la fin et ne s’embrassent même pas).

    Donc, non le baiser n’est pas obligatoire. Ce n’est pas l’évidence même que dans un film romantique les personnages s’embrassent. (mais je te l’accorde, dans une écrasante majorité de films, c’est le cas).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.