Un peu tard

5 janvier 2013 à 23:42

Lorsque j’ai préparé mon post sur l’année 2012, c’est avec énormément de nostalgie que j’ai repensé aux premiers mois de l’année écoulée, alors que je passais d’un coup de coeur à l’autre. Smash, Äkta Människor, 30° i Februari, House of Lies… les semaines se succédaient et il y avait toujours plus de séries qui me rendaient folle de joie. L’écriture de ce post m’a rappelé ces coups de coeur, mais aussi le fait que j’étais loin, en fin d’année, de me trouver dans le même état d’excitation.

Je vous avoue que depuis que j’ai fini Scrubs, l’ambiance est morose de ce côté-ci de l’écran.
J’ai lancé le marathon Jack & Bobby que j’attendais de démarrer depuis près de trois ans, et je ne le regrette pas, je m’envoie un épisode de Drop Dead Gorgeous à l’occasion en me disant que de toute façon ça ira vite, mais clairement on n’est pas dans le coup de coeur. Ce sont « juste » deux bonnes séries que je suis contente de regarder, et en théorie c’est déjà génial ; on est loin d’une période de creux pendant laquelle rien ne m’intéresserait. Mais rien non plus ne m’incite à la boulimie d’épisodes. Rien ne fait battre mon coeur. Quand je suis au boulot ou en train de faire des courses, je ne me dis pas que j’ai hâte de me faire un nouvel épisode ce soir de Jack & Bobby ou Drop Dead Gorgeous, ou quoi que ce soit d’autre…
Le pire c’est que j’ai mis en pause la plupart de mes autres visionnages, quelque part pendant le visionnage de l’intégrale de Scrubs, et que je n’en ai pas vraiment repris à ce jour alors que j’ai fini Scrubs à la mi-décembre environ. J’ai des épisodes de retard sur à peu près tout, et pas envie de m’y remettre. Généralement, ce n’est pas grave : ça m’arrive souvent de faire une ou deux semaines de pause le temps de finir un truc qui me captive plus, puis de reprendre. Dans mon fonctionnement, il y a toujours une part de séries à suivre hebdomadairement mais irrégulièrement, et d’autres à regarder d’une traite, en intégrale marathonienne, et ça finit par se rééquilibrer. Sauf que là, ça vient pas.

Ce n’est pas que je n’ai rien envie de regarder non plus. J’ai toujours envie de pilotes (je crois que c’est une constante qui n’est tout simplement jamais mise en compte dans ma façon de regarder les séries !), mais je ne regarde rien qui me donne envie de m’enflammer. Bon, on est entre nous, je peux bien vous le dire : je me soupçonne secrètement, quand je lance le pilote de Lieve Liza ou de Resident, de n’essayer qu’à moitié. Je me mets en colère contre ces séries, mais est-ce que j’essaye vraiment d’en regarder qui me chavirent ? Pourquoi précisément retenter une comédie médiocre comme How I met your mother maintenant ?
Est-ce que par le plus grand des hasards, je ne persisterais pas à regarder des choses qui ne peuvent se comparer à Scrubs ?

Il est fréquent qu’un marathon qui m’a vraiment électrisée me laisse un peu vidée, qu’il me faille un peu de temps pour me remettre en train. Ca n’a rien d’étonnant, surtout vu la rapidité à laquelle je m’enfile certaines intégrales. Dans le cas de Scrubs, faisons le calcul… 182 épisodes en un peu plus d’un mois ? Clairement, il y a un effet de manque qui est à attendre après un tel visionnage. Et ça m’est tellement arrivé que je considère que c’est la routine.
Je pensais d’ailleurs avoir dépassé cette phase de manque au bout de 2 visionnages du final de la saison 8, après avoir abondamment pleuré en chantant « Book of Love » plus que de raison (c’était un bien lamentable spectacle, d’ailleurs !). Au bout d’une semaine à dix jours, j’avais estimé que la page était tournée.

Vraisemblablement elle ne l’est pas. Et quand j’y regarde de plus près, je vois qu’il y a des détails qui ne mentent pas.
La page Scrubs n’est pas tournée, parce que les DVD de Scrubs sont encore sur ma table de chevet et je n’ai pas le coeur à les ranger dans la telephage-o-thèque, parce que le dernier DVD de la saison 8 est d’ailleurs encore dans le lecteur DVD portable de ma chambre, et parce que les extraits de Scrubs que je me suis mis sur mon smartphone n’en ont pas été effacés (alors que d’ordinaire, le roulement sur mon portable est rapide et régulier en matière d’extraits).

A la réflexion, l’état dans lequel je suis me rappelle celui qui est le mien après l’annulation d’une série que j’aime énormément. Je n’ai goût à rien d’autre, mais il me faut accepter qu’elle est annulée. Et ça me rend toute chafouine pendant un bout de temps, en général… je veux dire, je vous ai quand même bien parlé de Partners ces dernières semaines, par exemple.
Dans le fond, il est possible pourtant qu’il s’agisse du même symptôme. J’ai réalisé, un peu tard, que j’étais très éprise de Scrubs… et je vis en fait son annulation là, à retardement, mais douloureusement quand même.

Il n’y a rien de pire que de découvrir qu’on a un coup de coeur pour une série dont on ne verra plus jamais un inédit.

par

, , , , , , , , , , ,

Pin It

2 commentaires

  1. Ludo dit :

    « Il n’y a rien de pire que de découvrir qu’on a un coup de coeur pour une série dont on ne verra plus jamais un inédit. »

    AMEN !

  2. swatchhockey dit :

    séries

    Bonjour Lady,

    J’ai découvert ton site il y a peu et je le trouve excellentissime. Jusqu’ici, les différents posts que j’ai lu m’ont régalés et depuis, ton forum est marqué dans mes favoris.
    Je suis moi-même un grand cinéphile/sérievore (je ne me vante pas sur beaucoup de choses mais là-dessus, je peux).
    En ce moment, je suis dans ma phases « vieilles sitcoms » et je suis donc à la recherche de tout un tas de séries (en vf ou vostfr, malheureusement, mon anglais étant tout juste passable). Une as comme toi connaitrait-elle un moyen de me procurer les séries suivantes ? :

    -Larry et Balki (avec Bronson Pinchot et Mark Lynn-Baker)

    -Drôle de vie (The facts of life, spin-off d’Arnold et Willy)

    -Susan (avec Brooke Shield)

    -Jesse (Avec Christina Appelgate de Mariés, 2 enfants)

    -Les dessous de Veronica (avec Kirstie Alley)

    -My two dads (avec Paul Reiser, Staci Keanan et Greg Evigan mais je ne suis pas sur qu’il y ait eu un doublage français)

    -Three’s company (Vivre à trois) avec John Ritter, Suzanne Somers et Joyce Dewitt

    D’avance, merci pour ta réponse.

    Bon dimanche et surtout, continue ton super boulot !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.