Aveu d’impuissance

9 juin 2013 à 23:03

Le #pilotmarathon touche progressivement à sa fin, et il est clair maintenant que je n’aurai pas de temps pour tous les pilotes que je voulais voir aujourd’hui. Et j’avais pourtant fait du tri. Mais je soupçonnais que The Fosters me mettrait du baume au coeur, et ai préservé sa place dans mon planning. Résultat ? Eh bah résultat, c’était une bonne idée… enfin, peut-être pas pour vous qui allez devoir lire cette review à présent.

Depuis ce matin que le #pilotmarathon a commencé, j’ai plaisanté, j’ai décortiqué, j’ai râlé… mais je n’avais pas encore pleuré. Grâce à The Fosters, c’est désormais chose faite, et à vrai dire je ne sais pas si la série méritait tant que ça que je m’épanche. The Fosters n’a pas vraiment les atouts d’une grande. Mais voilà, c’est une série familiale sur la famille.

Depuis quelques mois, c’est quelque chose de douloureux pour moi. Je ne voulais pas en parler, et pour tout dire, je ne voulais pas en parler avec moi-même. Pendant un temps, ça m’a même détournée des séries, je ne pouvais plus rien regarder, avec ou sans histoires de famille. Approcher une série a, pendant plusieurs semaines, été absolument impossible. Et alors qu’aujourd’hui je regarde tant de pilotes, je sais aussi que j’en laisse passer énormément depuis le printemps, où les choses n’ont vraiment pas été faciles pour moi. La reprise avec l’univers des séries a été très difficile.
Très lente aussi. Pendant un moment j’ai vaguement tenté de reprendre les séries que j’avais mises en pause, les marathons que j’avais commencés, mais la vérité c’est que même ça, c’était au-dessus de mes forces. Je me suis réfugiée, avec énergie, dans des marathons Brothers & Sisters et The Cosby Show, pourtant. Paradoxalement, les thèmes qui m’avaient détournés de la télévision, qui me faisaient mal, me permettaient d’y revenir quelques mois plus tard.
C’est laborieux, encore. Il y a des jours où je regarde plusieurs épisodes du Cosby Show avec une irrationnelle jalousie. Mais j’en regarde tout de même plusieurs. Parce que la famille fait partie de ces thèmes, pour moi, qui sont à la fois pénibles et incontournables. Une famille, on en a tous une ; quand bien même elle ne fait pas forcément partie de notre vie, et de la même façon, les séries familiales, même quand je voudrais ne pas en voir, je suis attirée par elles.
En ce moment, Brothers & Sisters m’offre une famille de papier glacé, soapesque mais délurée, dont les dispute quasi-systématiques se font toujours en dérapage contrôlé. Et à côté de ça, la tendresse, la patience, l’intelligence de The Cosby Show, c’est mon family porn à moi, comme d’autres raffolent de food porn.

Je suis une victime facile pour une série centrée sur une famille. Les familles dysfonctionnelles me fascinent : ne dit-on pas que chaque famille malheureuse l’est à sa façon ?
Mais je suis encore plus une cible facile à atteindre quand la série porte sur une famille aimante. Je me fiche que les personnages suintent de bons sentiments ; j’ai quand même regardé, au plus fort de ma dépression il y a quelques années, les 5 premières saisons de 7 à la Maison exactement pour cette raison. C’est ma science-fiction à moi. Je me repais dans ses scénarios improbables. Dans ces scènes qui, il y a encore peu, me semblaient impossibles. Plus inimaginable que des phasers aux yeux de l’adolescente que j’ai été ? Un dîner pendant lequel personne ne pleure. Il m’arrive encore parfois, même plus de 15 ans après, d’être surprise par la façon dont un parent de télévision réagit sans violence (voir aussi : la batte de baseball), et pourtant, je suis plutôt fonctionnelle, comme adulte, aujourd’hui. Même en sachant qu’il y a des tas de familles plus équilibrées que la mienne de par le monde, j’ai toujours cette fascination pour les fois où les parents vont se comporter gentillement. Et je me gave de ces images, régulièrement. Je suis fâchée avec elles, mais j’en ai un tel besoin. Ca compense pour les cauchemars et les flashbacks ; un peu. Quelques minutes.

Alors devant la douceur de The Fosters, je plie une fois une plus. Je peux me vanter d’être quelqu’un d’un peu exigeant téléphagiquement, de temps à autres ; mais devant une série sur une famille pleine de bonnes intentions comme The Fosters, tout esprit critique s’envole.
The Fosters a le charme supplémentaire d’avoir pensé à m’inclure, comme l’avait fait The OC il y a quelques années (qu’est-ce que j’avais aimé les premiers épisodes de The OC, avant qu’elle ne me lâche et se détourne progressivement des troubles de Ryan pour s’orienter vers ses affaires de coeur). Un personnage qui ne connait pas les dîners où on ne pleure pas se trouve dans ce décor un peu trop joli, un peu trop beau pour y croire. Je ne sais pas comment ce personnage est perçu par la plupart des gens qui regardent ces séries ; pour moi, c’est la plus sûre façon d’entrer dans la série et de m’y glisser comme sous un duvet chaud, l’exact même procédé qui fait que le Dr Carter nous fait entrer aux Urgences. Mon avatar dans un monde impossible. Et quand ce personnage se craquèle, laisse échapper une larme ou simplement une petite émotion qui dit qu’il est touché par cette famille qui l’accueille et lui montre qu’on n’a pas toujours à avoir peur de la maison, je ne sais pas résister. Je ne sais pas non plus garder les joue sèches.

Je n’ai aucune force pour avoir du recul devant une série comme The Fosters. J’ai envie de dire que je l’apprécie alors qu’honnêtement, je ne sais pas si elle le mérite, avec son intrigue en coton et ses personnages super gentils. Mais je m’en fiche !
Est-ce que je regarde toujours la télévision pour de bonnes raisons ? Sans doute pas. Je la regarde pour plein de raisons, et l’une d’entre elles, l’une des premières d’entre elles, c’est que je cherche dans mes séries une catharsis. A la fois appuyer sur la plaie qui n’en finit pas de me faire savoir qu’elle ne veut pas cicatriser, et soulager un peu la douleur ; temporairement, artisanalement.

De vous à moi, je crois que je sais très bien que The Fosters n’est pas une grande série, n’est même pas spécialement une bonne série. Mais elle a fonctionné sur moi parce qu’elle m’a saisie par mon talon d’Achille.
Et je suis supposée vous en écrire une critique ?

par

, , , , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

1 commentaire

  1. Maeva dit :

    Je crois que l’on regarde ces séries pour des raisons similaires, c’est troublant. J’ai trouvé The Fosters plein de bons sentiments, trop même et pourtant je me suis attachée à cette famille qui avait l’air heureuse et (dys) fonctionnelle à sa façon alors que la mienne ne l’est pas, ne l’a probablement jamais été et c’est sur désormais ne le sera jamais. Que la série soit excellente (B&S) ou moyenne (The Fosters) je ressens ce besoin irrépressible de regarder, d’être le témoin d’une histoire familiale banale ou non qu’elle soit fictionnelle ou non. Un besoin salutaire qui me meurtri pourtant. Bref, je trouve ton texte très beau car il met des mots sur mon expérience avec ce genre de séries.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.