The heart you break may be your own

7 juillet 2015 à 20:40

Ce soir sur France3, c’est pour une fois une série néo-zélandaise que vous avez l’occasion de découvrir, avec le lancement de The Brokenwood Mysteries (sous le titre Brokenwood) dans quelques minutes. Et là tout de suite, vous vous dites peut-être que vous ne voyez pas de série néo-zélandaise si souvent, et que ça vaut peut-être le coup d’y jeter un oeil ; c’est pas moi qui vais vous retenir. Mais comme chaque fois qu’on regarde une série pour de mauvaises raisons, laissez-moi d’abord vous parler de The Brokenwood Mysteries.

Avec ses épisodes produits comme des téléfilms (la première saison en compte 4, et la seconde actuellement en tournage en comptera autant), The Brokenwood Mysteries est une série policière comme on en fait depuis la nuit des temps ou, ok, plus honnêtement, depuis quelque chose comme deux décennies. La série démarre alors que l’inspecteur Mike Shepherd arrive dans la petite ville de Brokenwood, où un cadavre vient d’être retrouvé. Pendant l’heure et demie qui lui est impartie, Shepherd va frayer avec les locaux, sympathiser avec certains d’entre eux, renouer avec certains d’entre eux, aussi, curieusement, et naturellement réussir à faire progresser l’enquête à intervalles réguliers, grâce à ses méthodes légèrement atypiques, avant de finalement résoudre l’affaire. Tadaaaaam ! Mission accomplie !
Enquête remplie de clichés ? Fiction à la papa ? Décor campagnard ? Ah, oui, c’est vrai : France3.

TheBrokenwoodMysteries-Crimesetpotager-650
Crimes et vignoble néo-zélandais.

Soyons clairs : en soi, The Brokenwood Mysteries n’est pas mauvaise, et vous ne gâcherez pas absolument votre soirée si vous tentez le coup ce soir. Il faut simplement garder à l’esprit que la série assure le strict minimum et qu’on n’est pas là ici pour révolutionner la télévision. Surtout pas, en fait. C’est presque comme si la production de The Brokenwood Mysteries mettait un point d’honneur à surtout ne rien faire de personnel.
Par exemple, la réalisation n’est pas dégueulasse, mais elle pourrait aussi s’attarder sur les décors naturels de Brokenwood, ou se fouler à trouver quelques plans intéressants pour ses scènes-clichés, ou tout simplement, pourrait essayer de s’attacher à détailler les personnages. Sauf que pas du tout. Et tout est à l’avenant : les dialogues, le scénario, les protagonistes… Là où un épisode d’une heure trente pourrait décider de mettre en lumière l’un ou l’autre de ces aspects, à sa convenance, finalement aucun n’est particulièrement mis en valeur. A défaut d’une enquête foudroyante d’originalité ou d’imprévisibilité (eh oui, attendez-vous à deviner le coupable au bout d’une vingtaine de minutes grand maximum), on aurait pu imaginer une véritable étude du personnage de Shepherd ; mais celui-ci, en-dehors de quelques gimmicks (la musique country qu’il adore infliger à tout le monde) et quelques traits de caractère jamais nuancés, va au contraire coller de près au cahier des charges.

Dans The Brokenwood Mystery on ne vous sollicite pas trop, spectateur ; et c’est votre droit le plus strict. Mais que la série ne sollicite pas vraiment son équipe devant et derrière la camera, c’est un peu criminel.
Encore une fois, la série est parfaitement adaptée à France3 qui n’est pas toujours très regardante avec ses séries policières. Mais on l’a connue quand même plus inspirée, par exemple en optant pour des imports plus originaux tels que Miss Fisher’s Murder Mysteries, quand même un poil plus exigeante avec elle-même.

A partir de là, vous êtes prévenu : voulez-vous suivre des enquêtes pépères histoire de décompresser par un mardi soir d’été, ou espérez-vous un peu plus de stimulation de vos séries néo-zélandaises ? Parce que si c’est que ça, je peux aussi faire des recommandations.

par

, , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.