Erreur 404 – Ce post n’existe pas

14 octobre 2009 à 23:47

Je voulais vraiment vous parler d’Otomen, et c’est avec toute la bonne volonté du monde que j’avais lancé le pilote. Mais je vais maintenant devoir faire marche arrière : il n’est pas possible pour moi d’en faire un post. Mais comme j’en ai commencé un, je vais plutôt faire un post sur pourquoi je ne peux pas faire de post sur Otomen. J’aime pas laisser perdre…

Le pitch d’Otomen, c’est un jeune garçon avec des loisirs de fille qui tombe amoureux d’une fille.
Et sur le pitch je dis oui ! Voilà une bonne idée ! Une vraie exploration du questionnement sexuel ! Renversons les idées reçus ! Comme ce dialogue entre Fran et son ami Kurt qu’elle croyait gay :
« Fran, je suis hétéro.
– Tu es hétéro ?! Mais… est-ce que ta mère le sait ? Ça a du lui faire un choc quand tu lui as dit ! »
Je sais pas pourquoi je pense à ce dialogue d’Une Nounou d’Enfer. Peut-être parce qu’il existe toujours un dialogue d’Une Nounou d’Enfer pour rire de chaque situation désespérée…?
Enfin bref, la bonne idée, c’était de prendre un personnage qu’on nous montrait comme gay et montrer qu’il n’est pas gay du tout, la preuve, il est amoureux d’une fille.

Mais on ne peut pas dire que c’est ça, la thèse d’Otomen ! On ne peut pas ! Parce qu’en fait, bien qu’employant les clichés de l’homosexualité et l’hétérosexualité « typiques », Otomen ne cherche même pas à jouer sur les stéréotypes. En tant que comédie, la série pouvait pourtant se permettre des malentendus, des quiproquos, des situation à double sens, mais pas du tout.
Alors je ne peux pas écrire qu’Otomen est une série qui joue sur l’identité sexuelle. C’est faux. Et je me refuse à catégoriser la fiche dans le groupe « Gay et lesbien » de SeriesLive, aussi. Ce serait honteusement mensonger.

Otomen, bien que se déroulant dans le milieu du kendo, n’est pas non plus une série sur le sport, même si Asuka, le personnage principal, est champion de kendo, et qu’une partie non-négligeable du pilote est consacrée à des combats. Combats opérés, eh oui c’est du kendo, avec de longs sabre de bois ; c’est Freud qui aurait été content. Cette partie de la trame est tellement sous-employée (en fait c’est tout juste un prétexte) que prétendre qu’il y a des éléments sportifs, c’est à peu près comme dire que Buzzer Beat est une série sur le basketball (j’en ai pour des années de thérapie avant de parvenir à effacer Buzzer Beat de ma mémoire, hélas…).

A la grande rigueur, on peut faire mine de dire qu’Otomen est une comédie romantique, mais sincèrement, elle n’en présente pas les éléments habituels. Pour la simple et bonne raison qu’il n’y a rien qui s’oppose à ce que Asuka et sa tendre Ryo finissent ensemble, ce qui est tout de même sensé être la condition sine qua none pour qu’une comédie romantique existe. On est supposés faire semblant de croire (le plus souvent de très bonne grâce) que leur amour est impossible, parce qu’ils se querellent, parce qu’il y a un triangle amoureux, parce que tout les sépare, etc… Bref qu’il y a un truc. Mais là rien.

Alors vous comprenez, je ne peux pas vous parler d’Otomen. Je n’ai rien à en dire ! Il n’y a pas vraiment de thème, pas vraiment d’histoire, pas vraiment de parti pris. C’est juste… une occupation. Voilà, plein de techniciens, d’acteurs et d’auteurs qu’on a occupés le temps de quelques épisodes. Faut les comprendre, c’est la crise et on veut tous mettre du wasabi dans les épinards…
Il n’y a pas de sujet. Il n’y a dans Otomen ni gay, ni trans, ni questionnement sur la sexualité, ni même questionnement sur les sexes (ce qui semblait être un minimum) rien. Pourtant, ce sujet est passionnant. Il peut apporter aussi bien des réflexions captivantes que des blagues savoureuses.

Par contre, si jamais le sujet vous intéresse, je peux vous faire des propositions alternatives : le téléfilm Soldier’s Girl, le pilote Pretty Handsome, peut-être même les articles nombreux qui ont fleuri sur la toile suite à l’affaire Caster Semenya, ou encore le dossier transexualité de Rue89. Mais Otomen, non ; passez votre tour.
Donc désolée, rien à faire, il n’y a et n’aura pas de post Otomen sur ce blog. J’avoue mon impuissance.

par

, , , , , ,

Pin It

1 commentaire

  1. Nakayomi dit :

    Tu t’es trompée de manga pour les mecs qu’on prend pour des gays… C’est Otaku Girls (avec une fan de yaoi qui voit donc des gays partout… Mais bon, pas encore adapté en dorama sûrement ! )

    Après euh… Bah… C’est à dire que pour moi il n’a jamais été question de cette interrogation sur l’homosexualité ou autre (et c’est clairement pas, au moins pour le manga, une série à mettre dans la catégorie « gay » effectivement… J’ai envie de dire que ce serait une grossière erreur un peu clichesque en plus) mais plus de jouer sur les stéréotypes des activités dites masculines ou féminines, de ce qu’on « attend d’un homme » et tout… Tout en jouant avec les codes du shôjo de base pour le manga…

    Bon, là, forcément, je parle du matériau d’origine… Ca n’as pas forcément été bien retenu dans l’adaptation (est-ce qu’il y a une histoire de mangaka dedans ? Je ne sais pas si ce serait aussi pertinent ici, mais dans ce cas-là, il aurait fallu remplacer le manga par une série à l’eau de rose…).

    Bref, malgré tout, je ne suis pas tout à fait découragé pour jeter un oeil à Otomen dont j’ai apprécié la version manga.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.