Profond, profond… n’exagérons rien

10 février 2010 à 22:05

Vous connaissez ma blague préférée sur les avocats ? J’ai déjà dû vous la citer mais qu’importe, elle est vraiment de circonstance quand on sait que ce post va parler de The Deep End.
Un bateau coule avec 100 avocats à son bord, que reste-t-il ? …Un immense espoir.

Les avocats et moi, c’est une longue histoire d’amour, et je ne saurais dire exactement quand et comment elle a commencé. Mais pour sûr, ça fait plus d’une décennie que c’est la lune de miel. Ah, les heures passées devant Ally McBeal, The Practice ou encore L.A.Law ! S’il n’était pas si laid et si instable, David E. Kelley serait probablement mon héros. Autant les flics, ça me gave, autant des avocats, il n’y en a jamais assez dans ma télé. Pis si je continue à cagouler activement comme je le fais, un jour j’en rencontrerai peut-être un en vrai ? Ahem.

Alors oui, bon, d’accord. Toutes les séries avec des morceaux d’avocat dedans ne me font pas forcément de l’effet. On se souviendra par exemple du désastre Raising the Bar, j’ai eu du mal à aller au bout du pilote et parfois j’en fais encore des cauchemars.

The Deep End ne part pas d’un pied particulièrement original, looooooin de là : il s’agit de montrer les premiers pas dans le métier de quelques jeunes avocaillons à peine sortis de l’université, intégrant un prestigieux cabinet. Bon ça va, on les connait, hein. Il va naturellement y avoir l’idéaliste, celui qui a les dents qui rayent le parquet (ici, c’est une jolie blonde riche), la petite chose discrète… A un moment, couleurs de cheveux à part, j’avais l’impression d’assister à un mélange entre Code Blue (pour la brochette de newbies stéréotypés) et Hokaben (pour le contexte, et encore plus le cas pro bono).
C’est une nipponohile convaincue qui vous le dit, en toute amitié et le plus cordialement du monde : quand on compare une série japonaise avec une série américaine, c’est bien ; l’inverse est par contre mauvais signe. Très mauvais signe. Un corbeau mort sur le pas de votre porte est un meilleur présage, en gros.
Donc le pilote commence et je me dis : « aïe, c’est mal barré ».

Les poncifs s’accumulent, mais chose curieuse, l’ennui ne plane pas. Raison numero uno : le cast. Très bon cast. Billy Zane, qui fait son Billy Zane. Clancy Brown, qui a vieillit mais tient encore bien la distance. Matt Long, faut le nourrir ce petit, il a bien mérité son steak. Etc, etc, etc. Raison numero duo : un excellent rythme. C’est un peu surfait en apparence, mais en tous cas il n’y a pas la moindre scène pour meubler. Ça va vite, ça va très vite, on va pas passer la nuit sur la présentation des personnages mais on va pas zapper la question non plus, alors mettez votre ceinture et accrochez-vous parce que dans 45mn, vous maîtrisez la question et attention, yaura une interro sur table la semaine prochaine.
En quelques minutes, celui qui passait pour l’ange de la petite bande démontre qu’il peut mentir sans ciller à une veuve, le petit con qui fout son pénis partout fait preuve d’une honnêteté quasiment à toute épreuve, la bitchasse blonde a un gros problème œdipien et, ô merveille, la petite chose toute timide démontre dés le premier épisode qu’elle en a dans le pantalon. Bref ça bouge, les personnages ne sont pas totalement unidimensionnels, c’est bien foutu.

Alors évidemment, The Deep End, ce n’est pas The Practice. Les dilemmes moraux et les interrogations des petit loupiots ne vont pas vous fendre le cœur ou remettre quoi que ce soit en question. On n’est pas dans ce type d’exigence. Non, concrètement, The Deep End sera un bon divertissement, voire éventuellement un très bon avec de la chance (mais il lui manque peut-être un petit quelque chose pour le moment, un truc qui dit « hé, j’ai une personnalité bien à moi » comme les hallus d’Ally McBeal ont pu le faire), et ça ne va pas plus loin en ce qui concerne le pilote. Mais enfin, c’est pas pour autant qu’il faut bouder son plaisir. Même si la fin de l’épisode fait redouter que les coucheries prennent plus d’importance qu’il ne faudrait (attention à l’épidémie de grezanatomisme !), ce premier épisode est prometteur. Ce qu’il promet ? Une détente qui ne soit pas abrutissante. C’est bien, déjà !

Pour tout vous dire, arrivée à cette période de l’année où la plupart des nouveautés de la saison sont déjà sorties (pas toutes heureusement), j’ai jugé qu’il était salvateur de revoir mes standards à la baisse. C’est pas franchement la meilleure raison de regarder une série, mais actuellement, en trouver une tout court relève parfois de l’exploit…

par

, , , , , , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

3 commentaires

  1. Céline dit :

    J’ai aussi bien aimé The Deep End.

    Oui ok c’est très convenu comme série, mais comme tu dis le cast est sympa et le rythme assez bien maitrisé.

    Par contre, moi j’ai beaucoup aimé Raising The Bar, un épisode en particulier dans la saison 2 où on parle de pédophilie sur Internet, sujet qui m’a beaucoup touché à la vue de mon statut de Maman !

  2. Livia dit :

    Je dois avouer partager le même penchant pour les avocats et le monde judiciaire en général (mais les avocats en particulier ! -même si moi, les avocats, je ne les aime que dans mon petit écran).

    J’ai consacré des heures et des heures à regarder La Loi de Los Angeles, à une époque où je ne comprenais pas grand chose à ce qu’il pouvait s’y passer. Le decorum et le cadre m’intriguaient déjà. Cela ne s’est pas arrangé avec le temps, avec l’étrange relation ambivalente que je nourris avec les séries de David E Kelley… Dernièrement The Good Wife est la seule des nouveautés de la rentrée des grands networks que je suis encore.

    Enfin, tout ça pour dire, qu’avec l’abaissement des standards et des exigences nécessité par le niveau actuel des séries US, le pilote de The Deep End m’a plus accroché que l’ensemble des autres pilotes US visionnés depuis début 2010 (Caprica mis à part, mais le pilote datait du printemps dernier).

    Ce n’est pas original pour un sou. Mais, même si la série est déjà condamnée, même si cela doit être lié au fait que je sois bon public sur les avocats, j’ai trouvé cela sympathique, divertissant… avec un certain potentiel notamment grâce au cast.

    Après tout le mal que j’ai pu lire sur cette série, cela me rassure un peu de savoir que certains l’ont visionné avec un état d’esprit similaire au mien.

  3. Nakayomi dit :

    Dites, dites… Rassurez-moi (oui, je sais, ça va être très… superficiel comme question), mais Billy Zane, il a des cheveux dans la série ? Ou, c’est comme sur la fiche de SL ? (Bah, c’est que ça m’a fait un p’tit choc, la dernière fois que je l’ai vu c’est dans Charmed !).

    Sinon, je tenterais bien l’aventure quand ça arrivera par chez nous… A priori, ça pourrait être sympa et le cast me plaît assez.

    (Quant aux avocats c’est vrai que moins on en voit dans la vraie vie, mieux on se porte… Sauf si c’est pour sortir avec… Genre Laurent dans Avocats & Associés… )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.