Famille décomposée

27 avril 2017 à 12:00

Lisa et Patrik s’apprêtent à passer leur vie ensemble. Lia a deux enfants, Bianca et Eddie, avec Martin. Patrik a un petit garçon, William dit « Wille », avec Katja. Une semaine sur deux, tous les enfants vivent chez Lisa et Patrik… le reste du temps, la garde alternée fait son œuvre.
Vous suivez ? Eh bien vous avez de la chance, parce que pour les protagonistes de la série dramatique suédoise Bonusfamiljen, c’est le chaos ! Pas toujours facile de composer avec les spécificités des différents foyers qui composent cette famille en patchwork. Et c’est bien pour ça que le premier épisode de Bonusfamiljen démarre face non pas à un psy, mais à un couple de psys… il faudra bien ça.

bonusfamiljen-seriesmania-650

Nouvelle preuve que les Suédois ne donnent pas que dans le thriller glauque (et donc une série qui a peu de chances de nous parvenir un jour), Bonusfamiljen était proposée dans la Batcave de Séries Mania, là où seul un badge d’accrédité garantissait l’accès. Vous pensez bien que je n’allais pas passer à côté de cette série, qui aurait mérité peut-être plus que d’autres d’être proposée aux festivaliers, et me voilà à essayer de vous raconter les aventures gentillement compliquées de Lisa, Patrick, Martin, Katja et leurs trois enfants cumulés.

Lorsque commence Bonusfamiljen, cette recomposition est récente, mais déjà bien engagée. Les arrangements ont en tous cas déjà été implémentés, et prennent la forme suivante : pendant une semaine, les trois enfants du petit clan dorment chez Lisa et Patrik. La semaine suivante, Wille vit chez Katja, pendant que Bianca et Eddie retournent avec leur père Martin, qui a dû emménager avec sa mère et une certaine Gugge (la série ne cherche pas à expliquer quel est son statut exact, peut-être est-elle en couple avec la mère de Martin, peut-être pas). Cette organisation en apparence saine n’est pourtant pas pour réjouir tout le monde, à commencer par les enfants eux-mêmes qui ne vivent pas toujours très bien cette cohabitation, mais aussi parce que les parents « isolés » semblent souvent ne pas faire le poids face aux décisions de Lisa et Patrik, qui en tant que couple pèsent parfois un peu plus qu’il ne faudrait.
Les choses sont sur le point de se compliquer : en cours de pilote, Lisa découvre qu’elle est enceinte, et qu’elle et Patrik vont fonder leur propre foyer…

Comme si les affaires de Bonusfamiljen n’étaient pas assez compliquées, il faut également mentionner une foule de petits détails qui pourrissent la situation plus qu’autre chose : le divorce de Martin et Lisa n’est même pas encore officiel, par exemple ; Martin vit d’un petit job précaire qui explique qu’il vive chez sa mère ; d’ailleurs la maison de celle-ci partage un jardin avec la maison que viennent d’acquérir Lisa et Patrik ; et pour ne rien arranger, Katja est la femme la plus psychorigide et méprisante que la Terre ait porté. Ah, et les anniversaires de Wille et Eddie tombent au même moment, comme s’ils étaient jumeaux !

Pourtant il va bien falloir que tout cela marche. Comment ? On ne sait pas, mais il faudra. C’est là tout l’enjeu de Bonusfamiljen qui tente de promettre que de ce chaos va naître quelque chose de beau. Bon alors, ok, « beau », c’est un peu ambitieux, mais avec un peu de chance tout le monde finira par bien vivre cette situation alambiquée.
Bonusfamiljen n’a rien inventé, mais elle essaye de raconter son histoire avec tendresse et bonne humeur, quoique sans angélisme. Il faut aussi préciser que les deux thérapeutes de la famille (Ylva et Jan) apportent une dynamique surprenante à l’ensemble, et ont même la capacité, si j’en crois la scène finale du pilote, d’ajouter leur propre intrigue aux problématiques sur la famille.
Le résultat est donc loin d’être inédit, mais il est honnête, et Bonusfamiljen fait tout son possible pour parler avec sincérité d’une étrange petite famille qui cherche à fonctionner en rendant tout le monde heureux, ce qui est forcément impossible, et donc universel…

par

, , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *